mardi 5 août 2014

"Subir c'est souffrir"


« Retenons que la souffrance se développe parce que les émo­tions déclenchées par la situation douloureuse sont refusées. C'est la relation avec l'émotion qui doit changer en priorité. Le refus de l’émotion équivaut au non-amour envers soi. Comme je ne me sens pas aimé par la vie, je ne veux plus aimer, ni moi ni le reste, mon cœur se barricade, Aussitôt que mon cœur se ferme, il emprisonne la douleur émotionnelle et elle va l'oppres­ser. La vie, sans le cœur, perd son sel et son sens. Si à ce stade on dit à la personne en souffrance « arrêtez de refuser », elle ne peut l’entendre, cela ne parle qu'à sa tête.
C’est au cœur fermé qu’il faut s'adresser en lui permettant d'extérioriser ce qu'il renferme d’émotions réprimées. La per­sonne a plus besoin d'empathie, d'amour, que d’explications sur son fonctionnement. Le travail va donc se concentrer sur la dimension émotionnelle, pour permettre au cœur de s'alléger et de se rouvrir. Il faut débrouiller l’écheveau complexe d’émotions emmêlées et de pensées négatives qui constituent la souffrance. La mise en cause du refus et la démarche d’acceptation viendront plus tard »

Christophe Massin « Souffrir ou aimer » Chap l’origine de la souffrance p37

Aucun commentaire: