mardi 14 avril 2009

Dominer ou accueillir ?

J'ai posé hier un commentaire sur le dernier post de Dominique intitulé : la mer, sur son blog : http://jesuis-cequejesuis.blogspot.com/ . Anne, a qui je viens de le faire lire ce matin, bute sur une phrase que j'ai écrite : "apprendre à dominer ma nature", me renvoyant plus ou moins implicitement à la nécessité d'accueillir plutôt que dominer. Certains mots n'ont pas bonne presse et ce qu'ils véhiculent va à contre courant du flux général de l'opinion...fut ce t-il celui que nous chérissons... Ainsi dominer sous entend exercer une autorité et donc imposer une contrainte ; par voie de conséquence et peut être surtout d'interprétation, l'assujetissement, voire l'asservissement sont souvent dans l'esprit des plus critiques, inséparables de l'idée de domination, justifiant son rejet systématique. Le choix de ce terme est pourtant très important pour moi quand je parle de dominer ma nature. Cela fait référence à une attitude très précise vis à vis de mouvements intérieurs, qui selon, peuvent être d'une grande violence ou bien encore l'occasion de m'égarer vraiment. L'urgence est alors effectivement de contenir et de dompter, autrement dit de dominer ; il ne s'agit pas de refouler, mais de différer -- ce qui soit dit en passant ne relève pas toujours de la plus simple évidence... Cela n'exclut pas une possibilité d'accueil, mais pour le moment, et encore aujourd'hui parfois, cela au moins la précède.

2 commentaires:

10fraction a dit…

l'auto-régulation forcée est necessaire pour vivre en société...c'est sa carence qui conduit à l'inflation du code pénal, je comprends pas qu'on n'en soit pas conscient de nos jours, où va-t-on avec l'expression à tout va de toute frustration sous le sceau d'une psychologie à deux balles!
Merci pour ta reflexion très juste

claire a dit…

Merci de ta visite